Pas de Ministre du Tourisme, l'ANMSM monte au créneau !

26 mai 2017 - 713 vues
Télécharger le podcast

On parle politique aujourd'hui.

 

Vous l'avez peut-être remarqué. Il n'y a pas de ministre du Tourisme dans le Gouvernement du nouveau président de la République Emmanuel Macron. 

Ce choix a été remis en question, notamment par les territoires touristiques et l'Association Nationale des Maires de Stations de Montagne.

 

L'ANMSM a adressé des recommandations à Emmanuel Macron.

Au cours de l'élection présidentielle, l'ANMSM, par le biais de son président Charles-Ange Ginésy, avait adressé des propositions précises au candidat d'En Marche. 

 

L'une d'elle concernait notamment la création d'un ministère ou d'un ministre clairement identifié pour le tourisme.

Joël Giraud, député des Hautes-Alpes et Président du Conseil National de la montagne était le référent du candidat Macron pour la politique de la montagne. Ce dernier avait assuré un engagement du futur président dans ce domaine.

 

Un engagement non-tenu lors de la composition de son Gouvernement.

Pas de ministre du tourisme donc dans cette équipe gouvernementale. Quand on sait qu'en 2016, la France a été la première destination touristique au monde avec 80 millions de touristes étrangers, que ce secteur représente 7 à 8% de notre PIB ou encore que ce sont 2 millions d'emplois directs ou indirects, cela reste un choix surprenant.

 

De son côté, l'ANMSM a émis 8 propositions pour un plan montagne.

Parmi elles, faire du tourisme une priorité nationale et on le comprend avec 9 milliards de chiffre d'affaires chaque année. Conforter la saison d'hiver, en équipant au mieux les stations, en maintenant le calendrier scolaire.

Enfin, innover dans un tourisme durable sur les 4 saisons, en diversifiant les activités, en préservant les paysages, en améliorant l'accessibilité aux territoires de montagne, sans oublier de viser une meilleure fréquentation chez les jeunes.

 

On retrouve d'autres propositions.

Il y aussi la promotion de la montagne française en France et à l'étranger, donner plus d'autonomie aux maires des stations, conserver les capacités d'investissement des collectivités ou encore dynamiser l'emploi et développer des smarts stations. 

Le numérique prend de plus en plus de place dans la vie de tout le monde et de tous les jours et moins de la moitié des stations sont couvertes en 4G, seulement 20% sont équipés de la fibre. 

 

Et surtout, l'ANMSM demande la nomination rapide d'un Ministère du Tourisme. 

 

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article