Yann de Kitework "La situation de crise a renforcé le lien des résidents collaborateurs avec leur direction et service RH"

Télécharger le podcast

Yann de Kitework, Grenoble

Bonjour Yann, alors Kite, c’est quoi ?

Kitework c’est un centre d'affaires installé sur Échirolles et ouvert depuis un peu moins d'un an et demi.  C’est un espace où nous accueillons des entreprises de la région ou internationales, ce qui permet à de grosses pointures de rencontrer des créateurs d’entreprise dans des conditions agréables. 

L’idée de ce business center, c’est l’adaptabilité aux nouvelles entreprises qui se créent ?

Ce qu'on veut avant toute chose c’est de permettre aux entrepreneurs, aux créateurs et surtout aux entreprises en accélération de se concentrer sur leur cœur d'activité. En mutualisant les services liés au bâtiment ou par exemple à la comptabilité, un centre d'affaires permet une flexibilité et un engagement beaucoup plus court qu’avec un bailleur commercial classique. On travaille ensemble surtout à la flexibilité de l'espace et on est capable d’accompagner la compagnie dans des besoins particuliers ou des situations particulières commes celle qu'on vit en ce moment.

Est-ce qu’il y a des espaces de loisirs pour être en mode cool comme ça se fait chez Google et Facebook ?

Pas de toboggan ni de table de ping-pong chez Kite, on est sur un espace de travail plutôt calme. On a beaucoup d’espaces ouverts et communs. On a une partie cuisine avec une offre de café et de thé chaque matin à nos résidents pour démarrer la journée en se partageant des tuyaux. On a une partie lounge qui permet de se restaurer le midi avec aussi des petits canapés qui permettent l’échange, la réflexion et le “débug” de problématiques.

Raconte-nous les premières heures de la mise en place du confinement, si tu as aidé les société à la mise en place de télétravail ?

On a suivi la crise du coronavirus depuis le mois de décembre car on a des entreprises du monde entier qui ont l’habitude de beaucoup voyager pour le travail.  On a donc essayé de s'organiser au mieux pour parer à tout ça. On a effectivement accompagné les services RH de différentes structures sur un plan sanitaire pour voir quels étaient les moyens à mettre à disposition afin d’assurer au maximum la sécurité des collaborateurs de Kite, mais également à l’égard des résidents. Paradoxalement la situation de crise a renforcé le lien avec les résidents collaborateurs et avec leur direction et service RH. On a des gens en télétravail et d’autres qui viennent travailler dans leurs bureaux. La partie domiciliation d'entreprise avec les services de courrier est gérée à distance en toute simplicité. On a une permanence physique tous les matins qui permet aussi à nos clients de venir à notre rencontre, qui nous permet aussi de travailler avec la poste dans de bonnes conditions.

On a favorisé le télétravail pour les collaborateurs grâce à un standard dématérialisé pour assurer leurs permanences téléphoniques.

Est-ce qu’il y a eu de l'entraide entre les différentes entreprises ?

60 % de notre activité est dans le digital avec des développeurs de sites, de l’infogérance, on a des structures qui gèrent de grosses entreprises et notamment certains ministères. Le confinement n’a donc pas été problématique pour les aspects techniques de ces métiers. 

Pour parler des structures qui aurait pu souffrir un petit peu de cette crise, effectivement il y naturellement du lien qui se fait dans un centre d'affaires. Les gens ont l'habitude de travailler ensemble, il y a une accélération de certains dossiers. Au-delà d’une solidarité, il y a un rapprochement naturel qui s'est fait suite à cette crise et on est contents car c'est aussi le but de ce genre d'espace.

Yann, tu as travaillé dans des radios pendant longtemps et tu as lancé la radio des confinés à Grenoble.

Oui c’est venu de plusieurs envies. La première c’est que je viens de la radio et que Kite c’est un peu ma radio, je suis finalement l’animateur de tout ça. Mais pendant le confinement et avec le télétravail, ce rôle d’animateur m’a manqué. On a donc rapidement mis en place cette radio sur Facebook et sur Périscope et ça s'appelle Radio Grenoble. Cette radio donne la voix aux gens de la société civile comme les commerçants, les élus locaux, les associations qui partagent leurs initiatives, leur quotidien. On apprend plein de choses dans cette émission et je salue la radio associative News FM qui nous diffuse en simultanée sur les ondes pour ceux et celles qui n’auraient pas accès à l'informatique. 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article