Christian PICHOUD : nous sommes inquiets car en Oisans la clientèle est internationale

Télécharger le podcast

Christian PICHOUD, Président de la Communauté de Communes de l’Oisans et  conseiller régional fait le point sur la sitation en Oisans.

Qu'est-ce que vous inspire la la situation que nous vivons en ce moment ?  

Passée la période de sidération, nous nous sommes organisés pour résister à quelque chose qui est totalement imprévu pour nous et en essayant bien sûr de s'occuper des plus faibles en priorité, de s'occuper des plus vulnérables. Notre préoccupation quotidienne, c'est la vie de nos concitoyens. Nous essayons de voir comment dans ces conditions ils peuvent arriver à supporter le confinement, à bénéficier de tous les services dont ils ont besoin aussi bien alimentaires, qu’en matière de santé. 

Nous sommes en montagne donc la situation est bien différente de celle de la ville. Les villages sont éloignés les uns les autres. Nous nous organisons et je crois que pour l'instant en Isère la pression médicale n'est pas trop importante car  les cas ne sont pas trop nombreux. Nous avons une organisation qui est mise en place mais nous n’avons pas encore eu à mobiliser tous les moyens prévus. 



Au niveau de la Communauté de Communes de  l'Oisans, quels sont les dispositifs que vous avez mis en place ?

Nous avons fermé conformément aux ordres du gouvernement les crèches, ou encore l'école de musique. Par contre tous nos services fonctionnent : soit en télétravail, soit pour ceux qui ont l'obligation d'être sur le terrain comme par exemple le service de ramassage des ordures ménagères. Les déchetteries sont restées ouvertes à mi-temps de façon à ce que les professionnels qui sont les seuls à avoir le droit de les utiliser puissent continuer à travailler. 

Il faut que l'activité continue dans les conditions de sécurité, notamment celles des bâtiments de travaux publics qui viennent de sortir un règlement à ce sujet. Il faut que cette activité puisse reprendre doucement en s'organisant et c'est ce qui est en train de se passer.

Nous avons également le service d'instruction des permis de construire et du droit des sols qui va continuer à fonctionner même si les délais sont suspendus. 

La fermeture des stations de ski

Le plus dûr est à venir parce que la saison qui vient de se terminer a été amputée d'une partie. Elle était quand même largement avancée et on peut dire que c'est une mauvaise saison. Plusieurs événements de l’été sont déjà annulés comme La Marmotte qui sera peut-être décalée début septembre. Les autres sont encore  en suspens. 

Nous n'avons pas beaucoup de visibilité sur le niveau d'activité de cette saison d'été et nous en avons encore moins bien évidemment sur l'hiver prochain. Nous avons une clientèle très internationale en Oisans et nous ne savons pas quand toutes les frontières seront ouvertes et quand le trafic aérien reprendra : tout cela donne beaucoup d'incertitudes  sur l'avenir. Il faut que le confinement prenne fin et qu'une nouvelle organisation se mette en place dans toute l'Europe et en France bien sûr en premier. Je dis dans toute l'Europe pour que le tourisme européen sur lequel nous travaillons puisse se remettre à fonctionner dans le cadre de nouvelles règles de sécurité avec peut-être encore le port du masque systématique. 

Nous pouvons aussi espérer que la clientèle française qui voyageait à travers le monde est au moins pendant quelques mois si ce n'est quelques années l’envie de rester en France.  Nous devons proposer des offres intéressantes pour y répondre à très court terme. 



Il faut absolument que le confinement soit respecté…

...et que tous les résidents secondaires ne se précipitent pas en direction de leur résidence secondaire ou dans des hébergements touristiques qu’ils pourraient peut-être obtenir car cela serait en contravention bien sûr avec le règlement national de confinement. Ce serait exposer à des risques toutes les populations. Je demande le strict respect  notamment pendant les vacances de Pâques de façon à ce qu'il n'y a pas de transfert de population à ce moment-là.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article