HANDISPORTS BIATHLON - "Une expérience sportive et humaine avant tout"

03 février 2019 - 535 vues
Télécharger le podcast

Ce week end se sont déroulés à Corrençon en Vercors les championnats de France handisport de ski nordique. Anthony Chalençon, biathlète malvoyant de l'équipe de France et médaillé aux derniers jeux paralympiques d'hiver à Pyeongchang, était au studio d'Oxygène avec son guide, Simon Valverde. Ils nous en disent plus sur le déroulement d'une épreuve pour la catégorie malvoyant en biathlon ! Tout de suite reportage.


Anthony Chalençon est biathlète fondeur de l'équipe de France handisport. Il a perdu la vue à l'âge de trois ans à cause d'une dégénérescence de la rétine. Aujourd'hui ce sportif de haut niveau en ski nordique a déjà remporté deux médailles aux derniers jeux paralympiques de Pyeongchang. Le ski nordique est devenu sa discipline et correspondait mieux à son handicap: « Ca me convient mieux c’est plus adapté à mon handicap. Le ski alpin par exemple c’est sympa de skier en libre sur des pistes mais après de passer dans des portes ça devient vite compliqué. Donc c’est vrai que j’arrive mieux à m’épanouir dans le ski nordique », nous confie Anthony.


Pour le tir en biathlon, Anthony doit se focaliser sur le son émis dans un casque pour tirer à la carabine laser. Plus le son est aigu et constant et plus le biathlète est proche de la cible, une technicité qui demande beaucoup de concentration et de dextérité : « Le fait de suivre le guide de l’écouter et d’avoir du son en plus dans les oreilles durant le tir c’est sûr que c’est un effort qui demande beaucoup de concentration, de calme au niveau du mental et aussi de maîtrise de soi et de son souffle », nous explique Anthony.


Simon Valverde est devenu guide depuis trois ans maintenant, Anthony suit ses indications à la lettre. Un rendu parfois cacophonique si plusieurs malvoyants sont présents durant la compétition : « pour guider moi je suis tout le temps devant Anthony, je suis à 1m50, deux mètres. J’ai un haut-parleur dans le dos et je parle en continue. Donc sur certaines compétitions quand on se retrouve avec plusieurs non-voyants ensemble c’est vrai que c’est plus compliqué et c’est un peu celui qui parlera le plus fort », ironise Simon.


L'union fait la force, quand Anthony et Simon gagnent une étape c'est pour leur travail d'équipe qu'ils sont récompensés : « le guide est mieux mis en avant de nos jours par exemple aux Jeux on a les mêmes médailles et primes et en coupe du monde j’ai une médaille aussi. C’est vraiment le binôme qui est récompensé et c’est un vrai travail d’équipe », ajoute Simon.


Une véritable expérience humaine que vit Simon au quotidien : « C’est une super expérience sportive mais avant tout humaine parce qu’on découvre des gens qui affrontent la vie ils ont tous la banane c’est vrai que ça donne des belles leçons de vie et ça donne de l’espoir et de l’envie », nous confie Simon.


Prochaine étape: les championnats du monde au Canada le 15 février prochain !

>> reportage dans son intégralité en podcast

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article