Guillaumes : Le château de la Reine Jeanne et son histoire, sauvés par le Loto du patrimoine

19 janvier 2019 - 835 vues
Télécharger le podcast

Guillaumes, sera l'un des bénéficiaires du fonds alimenté par le Loto du patrimoine lancé le 31 mai par la Française des Jeux et parrainé par l’animateur de France 2, Stéphane Bern. Dans un premier temps, 97000 euros sont destinés à la restauration du Château de la Reine Jeanne. Reportage sur les évolutions de cette opération.

Le Loto du patrimoine s’immisce à Guillaumes et veut faire renaître cette ancienne bâtisse médiévale : le Château de la Reine Jeanne. Le maire Jean-Paul David nous donne les avancées de ce projet. : « Nous allons commencer la première tranche dans les semaines à venir qui est la protection de la tour, c’est un budget de 100 000 euros. Et la deuxième tranche sera fin 2019, 2020, qui sera le confortement général de l’ensemble de l’édifice, c’est 500 000 euros de budget. »

500 000 euros issus du Loto du patrimoine mais aussi des dons de la population. Soit 16 000 euros pour sauver ce monument inscrit dans l’histoire du village.  Issabelle Masséglia est présidente de l’association Les amis du Château de Guillaumes : « C’est une bâtisse qui est assez unique car c’est un rare exemple d’architecture militaire du 13ème au 18ème siècle. Donc en fait, ce château raconte l’histoire de la frontière entre les deux souverainetés, les Etats de Savoie et la France. »

Et cette histoire est marquée d’une identité provençale. « En 1388, alors que Nice rejoint les Etats de Savoie, Guillaumes reste provençal. Voilà pourquoi il est important de défendre ce château parce qu’il représente une identité, l’identité du lieu, du terroir, du territoire, et l’indépendance de sa cité », explique-t-elle.

Jadis, les Guillaumois se sont battus pour l’indépendance du château, et aujourd’hui ils le font encore, mais pour sa sauvegarde.


>> Reportage en podcast.

PHOTO : Image d'archive fournie par l'association "Les amis du Chateau de Guillaumes"

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article