David Piovesan "Faire perdurer l'élan de solidarité après la crise."

Télécharger le podcast

David Piovesan, Librairie Au Temps retrouvé à Villard de Lans

David présentez-nous votre commerce à Villard.

C'est la seule librairie de Villard et du Vercors qui s'appelle Librairie Au Temps retrouvé. Elle porte le même nom et se trouve au même emplacement depuis sa création en 1946. Donc c'est une vieille institution.

Ce n’est quand même pas vous qui la gérez depuis 1946 ?

Il y a eu 4 propriétaires différents qui se sont succédés à la librairie.

L'économie du livre de manière générale est une économie fragile, en particulier depuis l'arrivée  d'Amazon.

C'est une économie qui est très fragile avec des marges et des rentabilités très faibles. La librairie c’est le commerce le moins rentable de France. On observe cependant depuis 10 ans une sorte de regain des librairies indépendantes. Je trouve que c'est un mouvement d'ampleur nationale qui concerne les librairies, mais qui concerne également tous les commerces de proximité. Les gens ont envie d'une relation personnalisée avec les commerçants et avec les libraires. Du coup les librairies indépendantes s'en sortent plutôt bien par rapport aux grandes surfaces du livre dans lesquelles il n’y a pas de lien personnalisé.

Quelle est votre clientèle ?

Il y a 3 profils de clients si on peut résumer dans notre librairie, mais aussi comme dans beaucoup de commerces à Villard-de-Lans. Il y a une clientèle locale depuis toujours puisque les habitants du plateau connaissent bien cette librairie, il y a une clientèle de résidents secondaires qui viennent pour le weekend ou pendant les vacances. Et puis il y a des touristes bien sûr, comme souvent dans le Vercors et qui viennent de plus loin. Ce qui est frappant c’est que même parmi ces touristes, il y a une sorte de tradition. La librairie est connue et il y a des gens qui venaient à la librairie quand il était petit et qui maintenant viennent avec leurs enfants. C’est du coup agréable d'avoir cette clientèle très familiale. 

Je voudrais qu'on évoque cette période de confinement. Comme beaucoup de commerces, vous avez été obligés de fermer. Ce n’est pas trop difficile pour vous ?

On a été sous le choc d'apprendre un samedi soir à 20h que la librairie n'allait pas à ouvrir le lundi. Après on a essayé de prendre la mesure de l'impact économique que ça allait avoir sur notre notre activité. Il y a 2 mois de fermeture. Huit semaines c'est beaucoup dans un commerce qui est si fragile et puis c'est surtout le redémarrage, dans quelles conditions ça va se faire qui nous fait souci. Mais ce qui nous réconforte énormément ce sont les messages de soutien de gens qui ont envie de venir à la librairie, qui ont envie de lire comme si finalement avec ce virus et ce confinement, les gens avaient eu envie de se recentrer sur l'essentiel.

Il y a des libraires qui continuent de travailler malgré tout. Vous faites partie d'un site internet qui réunit de nombreux libraires.

Oui c'est un site qui réunit l'ensemble des libraires indépendants de la région Auvergne Rhône-Alpes. C’est un des plus gros site de France qui s'appelle chezmonlibraire.fr avec lequel on avait décidé de stopper les commandes pour des raisons de santé publique. Il nous semblait très important au début de favoriser le confinement et d'inciter les gens à rester chez eux pour protéger les personnes qui travaillent mais aussi pour protéger les clients. 

J'imagine que vous avez été choqués de voir que des géants comme Amazon continuaient sans respecter cette éthique ?

Je trouve que c'est encore une fois la démonstration du non-respect des règles de droit commun de ces entreprises. Ce qu'il faut entendre aussi c'est qu’il y a eu un fort pour la lecture pendant le confinement. Ce qu’on souhaite maintenant mettre en place dans le respect des règles d'hygiène et de sécurité sanitaire, c’est un système de retrait des commandes. 

Pendant les prochains jours, vous allez non pas rouvrir votre commerce mais reprendre une activité. Comment ça va se passer ?

Il faut bien préciser que les librairies ne peuvent pas rouvrir, ça c'est la loi. Ce qui est permis c'est un système de retrait de commandes uniquement, en respectant certain nombre de conditions de sécurité sanitaire que nous avons mises en place. Il ne s’agit pas tout à fait d’une réouverture. On est tous les jours à la librairie pour pouvoir travailler et on peut répondre au téléphone de 10h à midi, ce qui permet d'échanger avec les clients et de préparer les commandes. L’idée est toute simple : les gens peuvent passer commande par mail ou nous appeler par téléphone parce des fois, ça fait du bien de discuter avec un libraire pour choisir un livre. Pour l'instant les gens ne pourront pas rentrer dans la librairie et resteront en dehors. C'est vraiment important à ce jour car c'est la seule façon de pouvoir faire un retrait des commandes.

Une dernière question : est-ce que comme nous, vous avez senti un regard de fraternité, de solidarité, d'entraide pendant cette période ?

Je crois que sur le plateau du Vercors, il y a un sens aigu de solidarité depuis longtemps, du fait qu'on a la chance d'avoir de vrais commerce de proximité. Du coup il y a beaucoup de gens qui ont envie de continuer à bénéficier de ces commerces car ils ont noué des relations fortes. Parce qu’une librairie de proximité, c'est des clients qu'on connaît, on se souvient de cette personne, de ses goûts et on a envie de lui trouver le bon livre. Les messages de soutien nous ont fait énormément plaisir. Cet élan, c'est quelque chose de positif qu'il faut essayer de faire perdurer après la crise, même quand on aura rouvert après le 11.

Retrouvez les libraires de la Librairie Au temps retrouvé au 04 76 95 16 36 ou sur internet et Facebook. Pour les commandes par mail, écrivez à librairie.autempsretrouve@orange.fr 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article